L’amour sans rétention

Dans les Irréguliers, Patrick Autréaux fait de l’étranger une figure de délivrance. Splendide.

L es Irréguliers n’est pas un roman qui se livre d’emblée. Il commence par des questions. « Le lendemain, Virgilio était revenu, et le jour d’après encore, poursuivait Ivan, chaque fois jusqu’au dernier métro. Pourquoi ne pas croire qu’une histoire débutait ? Pourquoi douter d’une route qui mène à ce qu’on ignore ? » On suggérera au lecteur de ne pas hésiter à entrer dans ce roman de Patrick Autréaux, même s’il ne sait pas où il l’entraîne. Peut-être vers une histoire d’amour. Ivan, qui habite à Paris, a…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.