Dossier : Derrière l'insulte « Bobo »

Peut-on défendre les « prolos » sans être dans la galère ?

Dans les quartiers populaires, la « gauche bobo » suscite la méfiance des plus défavorisés. L’examen de conscience est douloureux pour des militants pourtant sincères.

«Bobo ! » Sous des airs gentillets, le sobriquet jette un discrédit sans appel sur ceux qui militent avec les pauvres sans être eux-mêmes dans la galère. Trahison ou sectarisme pour les uns, paternalisme et néocolonialisme pour les autres : le rejet est multiforme et s’exprime de façon très différente en fonction des réalités locales. Dans les quartiers sud de Grenoble, la vie associative dense et animée donne lieu à des moments de cohabitation « compliqués », raconte une militante. Le soupçon de «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.