« Cemetery of Splendour », d'Apichatpong Weerasethakul : Le sous-sol de nos existences

Dans Cemetery of Splendour, Apichatpong Weerasethakul met en scène des soldats dont le sommeil prolongé est hanté par un passé tumultueux. Un film où la poésie élargit les sens et le monde.

C emetery of Splendour s’ouvre sur l’image d’une pelleteuse creusant dans un terrain qui jouxte le lieu principal du film, une ancienne école récemment transformée en hôpital. Creuser des trous, retourner la terre, faire ressurgir le passé : la symbolique est forte et épouse le thème que le film va développer. Chez Apichatpong Weerasethakul, Palme d’or à Cannes en 2010 pour Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures, la chaîne du temps n’est jamais rompue, segmentée, et il est toujours…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.