Hollande ultralibéral jusqu’en Argentine…

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Heureusement que François Hollande n’a pas connu Margaret Thatcher. Il aurait sans doute applaudi sa politique. C’est ce que l’on peut déduire des mots d’encouragement prononcés mercredi à Buenos Aires à l’endroit du nouveau président argentin Mauricio Macri. Un ultralibéral qui, en moins de deux mois, a déjà licencié vingt mille employés de la fonction publique.

Vous avez voulu mettre l’Argentine dans une situation nouvelle plus ouverte, plus crédible, a déclaré le Président français, la France est prête à vous accompagner.

Le peuple argentin va donc payer la note que lui présentent les « fonds vautours » américains qui exigent 9 milliards de dollars. Macri paierait 6,5 milliards à ces fonds spéculatifs qui ont grassement profité de la crise économique argentine des années 2001-2002. Soit une décote de 25%. François Hollande a là aussi apporté son soutien à Macri. Sans que l’on sache très bien s’il approuve la « décote » ou la capitulation du Président argentin…


Crédit photo: Omer Musa Targal / Anadolu Agency

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.