Intermittents : Retour au front

La Coordination des intermittents et précaires dénonce « l’attaque la plus grave portée à ce régime spécifique d’indemnisation chômage depuis bien longtemps. »

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


2016 pourrait sonner la fin de l’intermittence. Samuel Churin, de la Coordination des intermittents et précaires, a sonné l’alerte sur Facebook le 25 mars : la veille, lors des négociations sur l’assurance chômage, le Medef a rendu une feuille de cadrage qui représente « l’attaque la plus grave portée à ce régime spécifique d’indemnisation chômage depuis bien longtemps. Ce qui est demandé par le Medef et la CFDT est bien pire que la convention 2014 et son différé d’indemnisation. » Selon le comédien, « les intermittents devront faire 185 millions d’euros d’économies par an pour la convention signée avant juillet, et, à l’horizon 2020, 400 millions d’euros d’économies par an ! » Soit un quart des allocations versées. Des AG se tiendront au théâtre de la Colline à Paris, le 4 avril, et dans d’autres villes.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents