Remettre la politique ferroviaire sur ses rails

Des projets dispendieux et écologiquement aberrants.

Dans la littérature économique, les transports ferroviaires représentent le cas d’école du bien collectif. Lorsque l’objectif est l’accès du plus grand nombre par une tarification optimale (au coût marginal du voyageur), cette activité ne peut engendrer de profits, en raison de l’importance des coûts fixes liés à l’installation et à l’entretien du réseau. Il appartient alors à la puissance publique de combler les pertes pour que l’entreprise puisse assurer sa mission de service public. À défaut, en cas…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.