Hamon-Jadot-Mélenchon-Marchandise : la pression pour le rassemblement monte d'un cran

Des collectifs, associations et élus lancent un appel pour que la gauche antiaustéritaire se rassemble derrière un seul candidat à la présidentielle.

Puisque les têtes n'y arrivent pas, la base les forcera à s'entendre. C'est en substance le message qu'ont voulu faire passer plusieurs collectifs de citoyens et d'élus, jeudi 23 février, à Paris. Des membres de l'Appel des 100, des féministes, des syndicalistes, mais aussi des représentants du PCF, du PS (tendance Gérard Filoche), d'EELV et de Charlotte Marchandise (la gagnante de la Primaire citoyenne) ont décidé d'élever la voix pour exiger des quatre candidats qu'ils se rassemblent.

À l'heure où Benoît Hamon préfère se faire photographier avec Emmanuel Macron plutôt qu'avec Jean-Luc Mélenchon (tout dialogue entre eux semblant désormais exclu, lire ici), et au moment même où l'alliance entre Benoît Hamon et EELV s'avère plus compliquée que prévu, il s'agit pour ces collectifs de faire parler le « peuple de gauche ». Celui qui ne comprend pas pourquoi des gens si proches sur le fond – la VIe République, l'abrogation de la loi travail ou la transition écologique – n'arrivent pas à s'entendre alors que la droite, voire l'extrême droite, pourrait arriver au pouvoir. Et que François Bayrou et Emmanuel Macron viennent de « montrer l'exemple » en s'alliant pour 2017.

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.