[POLITIS 30 ANS] 5 avril 1990 : vers la bio ou une agriculture raisonnée…

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le 5 avril 1990, Politis – premier titre français avec une rubrique consacrée à l’écologie – s’interrogeait sur les « nouveaux paysans ». Et, déjà, sur le débat entre le modèle productiviste abreuvé de nitrates, une agriculture raisonnée sans engrais ou presque et « la bio » naissante, à travers trois portraits de paysans. Se profilent déjà, chez le premier, principalement producteur de blé (« une céréale sans azote, c’est zéro »), les impasses du productivisme à outrance et de l’obsession de rentabilité, synonyme d’appauvrissement de sols trop pollués. Le deuxième est revenu, lui, à des cultures sans presque aucun engrais chimique, nourrissant ainsi en partie son élevage. Et le troisième redécouvre des semences de légumes anciens ou quasi oubliés grâce à ce nouveau « créneau » qu’est l’agriculture « bio ». Enfin, le ministre de l’Agriculture, Henri Nallet, tente, dans une interview exclusive, de ne pas trop s’opposer aux exigences de son collègue à l’Environnement, Brice Lalonde, même s’il est bien peu convaincu de la possibilité de généraliser l’agriculture biologique…

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

La « théorie décoloniale » ou l’invention d’un ennemi commun

Tribunes accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.