Benjamin Griveaux : fake news sur le chômage

« Régler le chômage de masse » n’a pas grand-chose à voir avec la faiblesse du taux de chômage officiel.

Benjamin Griveaux a publié en 2012 un livre intitulé Salauds de pauvres ! Pour en finir avec le choix français de la pauvreté. Alors socialiste, il s’y insurgeait contre la stigmatisation par la droite des pauvres et des chômeurs. Il aurait pu inspirer sur certains points l’excellent livre d’ATD Quart Monde En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté (2013, rééd. 2017).

Depuis, Griveaux est passé de la dénonciation des fake news à leur production en série. Le 7 janvier, sur France Inter, il déclarait : « Toutes les autres grandes démocraties occidentales, en mettant de côté l’Espagne et le Portugal, ont réglé le problème du chômage de masse, toutes. Nous sommes les seuls à avoir un taux de chômage à 9 % quand tous les autres sont entre 4 et 6 %. »

C’est faux d’abord sur les chiffres : les pays européens où le chômage est plus élevé qu’en France ne sont pas « l’Espagne et le Portugal », mais Chypre, la Grèce, l’Italie et l’Espagne. L’ensemble de la zone euro est à 7,9 % en novembre 2018 et la France à 8,9 %. Et parmi les 19 pays de la zone euro, 9 ne sont pas dans la « fourchette Griveaux » des 4 à 6 %.

C’est faux ensuite, et surtout, parce que « régler le chômage de masse » n’a pas grand-chose à voir avec la faiblesse du taux de chômage officiel. Le chômage est énorme en France et il coûte très cher aux finances publiques (environ 100 milliards d’euros par an). Mais les autres grands pays ne sont pas mieux lotis, même si la privation d’emploi y prend des formes diverses.

Il reste 50% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.