Retraites : Les alternatives mises sous la table

Édouard Philippe s’entête à faire le procès en immobilisme des forces syndicales. Or de nombreuses propositions existent et sont crédibles.

N_ous allons discuter, ma porte est grande ouverte et ma main est tendue »,_ clame Édouard Philippe aux syndicats. Pourtant, les grandes lignes du système de retraite par points sont déjà ficelées, pour ne pas dire verrouillées. Les négociations, devenues de simples discussions, sont limitées à un cadre très serré alors que de nombreuses propositions pour améliorer le système actuel ont été faites.

Variables d’ajustement

L’âge de départ et le montant des pensions sont les deux grands domaines bousculés par le projet du gouvernement. Dans le système actuel, l’âge de départ à la retraite est légalement fixé à 62 ans. Pour obtenir un taux plein, il faut valider 43 annuités, soit 172 trimestres de cotisations, pour toute personne née après 1973 – le nombre de trimestres étant dégressif pour les personnes plus âgées, qui restent soumises aux lois précédentes. Dès 2022, avant la mise en place de son nouveau système, le gouvernement veut créer un âge pivot, soit un âge minimal de départ à taux plein, qui serait, en 2027, de 64 ans. Décision motivée par un déséquilibre budgétaire du système actuel, principalement dû à la baisse du nombre de fonctionnaires et donc de cotisations… décidée par le gouvernement lui-même. À partir de 2022, il sera toujours possible de partir à 62 ans, mais avec une décote à vie. Pour toucher un taux plein, il faudra non seulement avoir cotisé toutes ses annuités, mais, en plus, avoir atteint l’âge minimum progressif, augmentant de quatre mois par an. Une double peine, en quelque sorte. Comme le note le Réseau retraites, c’est le système le plus désavantageux qui s’applique : _« Si vous avez 42 annuités à 62 ans, mais que l’âge du taux plein est de 63 ans, vous subirez une décote. Si vous voulez prendre votre retraite à 63 ans, mais n’avez que 41 annuités, vous subirez une décote aussi. »

Il reste 78% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.