Grandeur du petit écran

La Cinémathèque de Toulouse et l’INA honorent la production télévisuelle française la plus exigeante.

Malgré ce que de (trop) nombreuses chaînes nous donnent à penser, la télévision n’est pas forcément vouée à l’abêtissement des masses. Au contraire, employée à bon escient, elle peut se révéler un précieux outil d’apprentissage, stimulant la créativité des personnes qui la fabriquent autant que la curiosité de celles qui la regardent.

Par le passé, la production télévisuelle française a (parfois) su se hisser à la hauteur de ce noble objectif, comme le montre le cycle Télévision et expérimentation, proposé par la Cinémathèque de Toulouse, en binôme avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Son matériau provient de deux sources distinctes mais intimement liées : le service de la recherche de l’ORTF – créé en 1960 sous la direction de Pierre Schaeffer (expérimentateur patenté) puis dissous en 1974 – et la direction des programmes de création et de recherche (DPCR) – apparue en 1975 au sein du tout nouvel INA et chargée, dans la continuité du service de la recherche, de développer des propositions cathodiques originales –, son activité ayant pris fin en 2000.

Il reste 56% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.