Chris Ware, politiques strips

Le Centre Pompidou met en lumière un auteur majeur de la bande dessinée, subtil analyste de la société de consommation états-unienne.

Loin, très loin du rêve américain. Chez Chris Ware, on est souvent en présence d’un personnage seul, inadapté au monde. Il y a aussi beaucoup de silence, qui témoigne des difficultés pour construire une relation humaine. La raison en est simple : le mitage progressif de nos modes de vie par la société de consommation. Mais jamais l’auteur, lauréat du 49e Grand Prix d’Angoulême en 2021 et « génie du dessin qui se déteste lui-même », selon les mots de Riad Sattouf, ne l’énonce ainsi.

C’est au milieu des livres de la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou, à Paris, que se succèdent -« l’enfant le plus malin du monde » – surnom de Jimmy Corrigan, un gosse qui reçoit un jour une lettre de son père, qu’il n’a jamais connu, personnage éponyme du comics paru en 2000 ; une fleuriste unijambiste jamais nommée, de l’album Building stories (2012) ; ou Joanna Cole, l’héroïne afro-américaine de Rusty Brown (2020). Une galerie de personnages touchants et complexes, sensible reflet de nos maux contemporains : l’isolement, la difficulté de s’intégrer socialement et l’éclatement du concept de société. Une œuvre profondément mélancolique.

Reconnu pour l’extrême précision de son trait et la méticulosité de son travail formel autour de l’objet-livre, Chris Ware est attentif à l’évolution du monde qui l’entoure. Il ne théorise pas, sauf en de rares exceptions. « Il est évident que nous vivons dans une société fondée sur les inégalités. […] En tant qu’être humain vivant aux États-Unis, il faut les réparer, en être conscient », explique-t-il au détour d’une interview donnée en mars 2021 à l’occasion de l’exposition « Building Chris Ware » présentée à Angoulême.

Il reste 67% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.