blog /

Publié le 27 mars 2013

Ce Mélenchon rugueux …

… qui les fait cauchemarder !

Le « parler cru, parler dru » de Jean-Luc Mélenchon écorche, paraît-il, quelques oreilles délicates. Les miennes ne le sont pas. Et je préfère ce langage rugueux à toutes les langues de bois ou de coton qui polluent la sphère politico-médiatique.

Après tout, appeler un chat un chat et Moscovici un coquin ne relève que de l’évidence.

Mélenchon affirme parler comme le peuple et pour le peuple. Donnons-en lui acte. Il en est issu, du peuple, et ne s’est pas donné que la peine de naître. Le respect qu’il a pour “les gens” (il aime bien dire “les gens”) a peu à voir avec la véhémence et le vocabulaire qu’il met dans ses discours : ça (qui du reste ne gêne pas “les gens” ) c’est pour se faire entendre des gourmés, choquer le bourgeois et avoir accès aux micros ; et ça marche dirait-on 1 .
Illustration - Ce Mélenchon rugueux …
Non, le respect, c’est de faire ce que plus aucun autre 2 que lui n’ose : ne pas parler à son auditoire comme à un ramassis de demeurés qu'on gave d'“éléments de langage” fournis clés en mains par des “communicants” (cette engeance) ; au contraire, parler de choses graves, sérieuses, réputées incompréhensibles pour le “ vulgum ” ; et plus encore, nourrir son propos de références — historiques, politiques, littéraires, poétiques —, faire passer dans ses démonstrations de grands souffles qui décoiffent, un lyrisme qui fait ricaner les cyniques et les Importants, mais parle aux autres, les petits, les sans-grades, ses Grognards, ses Flambeau …

Alors ses anciens camarades du « parti solférinien » (puisque voici adopté au PG, semble-t-il, ce qualificatif que je défends depuis longtemps, et qui permet de garder propre sur lui celui de socialiste), les autres crient au populisme, pardi 3 !

« Méfie-toi, le peuple, disent-ils, cet homme est dangereux ! Ne vois-tu comme il crie, comme il apostrophe et s’agite ? Il va t’entraîner vers des précipices, ce mauvais berger … Reste avec nous, qui sommes la raison, l’équilibre, la douceur et savons ce qui est bon pour toi ! »
Illustration - Ce Mélenchon rugueux …
Bien sûr, vous connaissez la fable : ce n’est point le bruyant Cochet qui menace les souriceaux que nous sommes.

Mais bien le Chat, cet hypocrite.


  1. Avec une contrepartie : perdre trop de temps à s'expliquer sur la forme au détriment du fond : cet éco-socialisme, notamment, qui vaudrait qu'on s'y attarde. 

  2. J'exagère, il en est quelques-uns, Filoche par exemple. Quel dommage que ce dernier ne rejoigne pas le Front de Gauche ! 

  3. Et pour faire bon poids, à l’antisémitisme, l’ignominie ordinaire des gens qui n’ont plus d’argument … Harlem, t'as pas honte ! 


Je rappelle à tous (et notamment à celui ou celle qui m'a envoyé un com. sous le titre "la mère Tapedur", que les messages non sourcés ne sont pas publiés.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.