Marks et Spencer abuse un max

Marks et Spencer se lance dans le bio, l'environnement et le commerce équitable. Outre-Manche, bien entendu, puisque le groupe n'est plus présent en France depuis la fermeture de ses 18 magasins, faute de bénéfices suffisants, en 2001. Les ex-salariés, qui avaient appris leur licenciement par fax, seront ravis d'apprendre que leur ancien patron a annoncé le 15 janvier un plan de 300 millions d'euros pour réduire d'ici à 2012 l'impact de ses activités sur l'environnement. Le groupe veut s'approvisionner au…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents