José Bové : « Pourquoi je suis candidat »

Expliquant les raisons qui le poussent finalement à se présenter à la présidentielle, le militant altermondialiste annonce trois thèmes phares
pour sa campagne : le « vivre ensemble », l’écologie et l’antilibéralisme.

Claude-Marie Vadrot  • 1 février 2007 abonné·es
José Bové : « Pourquoi je suis candidat »

Dans un troquet populaire de Versailles, apercevant José Bové, une dame se lève et se précipite : « Je ne me trompe pas ? Vous êtes bien celui qui se bat pour qu'on ne mange plus de la merde ? Continuez, s'il vous plaît ! » Une autre, un curieux chapeau vert très versaillais sur la tête, s'approche et tend la main : « Bravo, monsieur Bové, allez-y, ne vous laissez pas faire ! » Et quand le leader altermondialiste quitte le bistrot pour rejoindre le palais de justice de Versailles, le patron, approuvé par les clients au comptoir, lui lance un sonore : « Bonne chance, allez-y ! »

C'est peut-être aussi parce qu'il entend beaucoup d'encouragements sympathiques dans les rues et dans les trains que l'ancien jeune libertaire, qui s'installa en 1975 comme éleveur de brebis sur le Larzac, dans une ferme délabrée guignée par l'armée, annoncera, ce jeudi 1er février, qu'il se présente à l'élection présidentielle de 2007. Il a déjà réuni une bonne centaine de promesses de signatures d'élus. Elles viennent couronner de longues années de syndicalisme agricole, d'activisme antinucléaire et de militantisme altermondialiste.

Au-delà de la volonté exprimée par les collectifs antilibéraux, José Bové a cru comprendre qu'il faisait l'objet d'une forte demande de la part d'une partie de la population. Et de gens appartenant à des milieux très divers. « Bien qu'ils me voient souvent à la télévision, les gens sentent probablement que je ne suis pas extérieur à leur monde, que je n'appartiens pas à une caste, que je ne suis pas un individu hors sol, que je suis vraiment issu de la société civile, explique-t-il *. Alors, ils m'encouragent, viennent bavarder avec moi ou me donner

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

Macronie : la République en panne
Impasse • 25 mars 2023

Macronie : la République en panne

Emmanuel Macron rêve de dessiner un « cap » et les idées pleuvent pour chercher à éteindre le feu de la crise des retraites. Mais elles sont révélatrices d’un vide idéologique profond au sein de la majorité et du parti présidentiel.
Par Lucas Sarafian
Chez les Républicains, le spectre de la disparition
Droite • 21 mars 2023

Chez les Républicains, le spectre de la disparition

Une image de premier allié du gouvernement, un groupe parlementaire divisé et un parti fracturé… Les Républicains craignent désormais la dislocation de leur famille politique, à l’image de toutes les divergences de leurs lignes sur la réforme des retraites.
Par Lucas Sarafian
Après le 49.3, la Nupes peut-elle convertir la colère en adhésion ?
Politique • 21 mars 2023

Après le 49.3, la Nupes peut-elle convertir la colère en adhésion ?

Le passage en force du gouvernement sur la réforme des retraites a donné du carburant à la contestation sociale. Galvanisée par l’aveu de faiblesse du camp présidentiel, la coalition de gauche se tient prête à tous les scénarios dans les semaines à venir.
Par Jonathan Trullard
Quand Olivier Marleix (LR) prévenait :  « On ne sera pas complice d’une méthode trop brutale »
Retraites • 10 mars 2023

Quand Olivier Marleix (LR) prévenait : « On ne sera pas complice d’une méthode trop brutale »

Sous la pression d’un gouvernement qui dégaine tous les articles en sa possession pour accélérer le débat parlementaire et obtenir un vote sur la réforme des retraites avant dimanche, la droite, bien que visiblement en phase avec le contenu du texte, suivra-t-elle la méthode imposée par le gouvernement ?
Par Lily Chavance