Le silence de l'agnelle

De loin (de ma thébaïde limousine, qui est un peu mon étoile de Sirius à moi ­ révérence gardée !), je suis comme je peux cette étrange campagne présidentielle : journaux, radios, télé (réduite à trois chaînes, plus Canal en clair, vous ne pensez pas qu'on dispose déjà de la TNT dans nos contrées reculées...) et Internet. Ça permet tout de même de se faire une petite idée. Il y a encore deux jours, la rumeur médiatique nous assurait que Ségolène était au fond du trou. La Pimprenelle du Poitou n'était plus…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents