Sommet en trompe-l'œil

Nous en avons l'habitude avec le Proche-Orient. Tout événement diplomatique appelle au moins deux niveaux d'interprétation. On se souvient du retrait des colons de Gaza, en août 2005. Magnifique initiative de paix pour les uns, qui voulaient y voir le premier pas vers un démantèlement général des colonies de Cisjordanie. Coup médiatique pour les autres, et modèle de cynisme soumettant la population de Gaza àun dramatique enfermement économique. La suite de l'histoire amontré ce qu'il en était. De même, le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.