Chevènement croque Monnet

Un court et brillant essai sur « l’inspirateur » de la construction européenne.

« L'Inspirateur » : c'est de Gaulle qui avait ainsi surnommé Jean Monnet. On imagine l'accent de dédain qui devait accompagner cette drôle d'allégorie. Les deux hommes se sont beaucoup détestés. Il est vrai que, pendant la guerre, Monnet a tout essayé pour décrédibiliser aux yeux des Américains le chef de la France libre. Jean-Pierre Chevènement le raconte dans un court et brillant essai qu'il vient de consacrer à Jean Monnet. L'auteur n'a pas non plus de tendresse particulière pour son sujet. Mais son…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents