Ciné de proximité ?

À Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, la 20e édition
du Fespaco a démontré la vitalité du cinéma africain,
qui peine pourtant à s’exporter en France. Reportage.

Il y a foule, ce 25 février, à l'entrée du cinéma Neerwaya. Dans la chaleur et la poussière, des centaines de cinéphiles se pressent aux guichets pour assister à la projection d' Africa Paradis du réalisateur béninois Sylvestre Amoussou, en compétition officielle au Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco). La manifestation a débuté la veille. Dans la foule, des Burkinabés, des Sénégalais, des Sud-Africains mais aussi de nombreux Européens. Pendant une semaine, plusieurs milliers de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Du son contre les matraques

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents