Ciné de proximité ?

À Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, la 20e édition
du Fespaco a démontré la vitalité du cinéma africain,
qui peine pourtant à s’exporter en France. Reportage.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Il y a foule, ce 25 février, à l'entrée du cinéma Neerwaya. Dans la chaleur et la poussière, des centaines de cinéphiles se pressent aux guichets pour assister à la projection d' Africa Paradis du réalisateur béninois Sylvestre Amoussou, en compétition officielle au Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco). La manifestation a débuté la veille. Dans la foule, des Burkinabés, des Sénégalais, des Sud-Africains mais aussi de nombreux Européens. Pendant une semaine, plusieurs milliers de professionnels sont réunis dans la capitale du Burkina Faso pour un festival consacré au cinéma africain. Une affluence et une vitalité difficiles à imaginer en France, où ce cinéma représente moins de 2 % des films projetés en salles. Cette quasi-absence fait dire à certains professionnels français que le cinéma africain n'existe plus.

Africa Paradis illustre cette contradiction. Il rencontre un véritable succès au Fespaco, mais, en France, où il est sorti le 28 février, il n'est projeté que dans trois salles. « Si ce film est diffusé, c'est grâce à ces directeurs de salles qui nous ont fait confiance, explique Sylvestre Amoussou. À l'origine, personne n'en voulait. » Le réalisateur a mis dix ans à le produire, en s'appuyant sur ses fonds propres et sur des dons de la diaspora africaine. À l'arrivée, un film iconoclaste sur l'immigration, réalisé avec beaucoup d'humour. Sylvestre Amoussou semble néanmoins mieux loti que ses camarades africains. À peine un quart des vingt films en compétition officielle bénéficie d'une diffusion en France ou en Europe.

Quand on interroge les professionnels présents à Ouagadougou sur la question de la distribution, on obtient, au choix, des mines désolées ou des regards fuyants. Le cinéma du continent cumule les difficultés : un nombre insuffisant de productions, de qualité inégale, à quoi il faut ajouter le désengagement progressif des bailleurs de fonds traditionnels indispensables à son existence (ministère des Affaires étrangères français, organisation internationale de la francophonie et Union européenne). En conséquence, explique le producteur français Claude Gilaizeau, « il est très difficile de trouver des distributeurs pour ces films, car ils savent qu'ils ne feront pas beaucoup d'entrées. Même un film comme Daratt, qui a plutôt bien marché en France cette année, n'a attiré que 50 000 spectateurs ».

Producteur de films africains depuis plus de quinze ans, Claude Gilaizeau se dit « extrêmement pessimiste » sur l'avenir du cinéma africain. Pour lui, le problème se situe au niveau des aides internationales qui non seulement diminuent, mais favoriseraient, en outre, un cinéma populaire plus proche du téléfilm que du cinéma de qualité. « Si on veut un cinéma africain capable de rivaliser au plan international, il faut y mettre les moyens ! Quand les budgets ne permettent de tourner que quinze jours, il ne faut pas s'étonner si le résultat est médiocre. »

Cinéma populaire ou cinéma d'auteur : le débat fait rage autour de la piscine de l'hôtel Indépendance, centre névralgique ­ et mondain ­ du Fespaco. Tout le monde ne partage pas le pessimisme de Claude Gilaizeau. Le réalisateur burkinabé Boubacar Diallo est un des chefs de file de ce fameux cinéma populaire, qu'il préfère qualifier « de proximité ». Au sein de sa structure des Films du Dromadaire, il a déjà réalisé cinq longs métrages, dont Code Phenix , en compétition officielle. Son objectif n'est pas de diffuser ses films en Europe, mais en Afrique. « Il est paradoxal que des films africains financés à grands frais ne soient jamais diffusés sur le continent », constate-t-il. Son cheval de bataille : créer une industrie africaine proche des goûts des spectateurs. « Les films qui plaisent aux bailleurs de fonds occidentaux ne plaisent pas aux Africains. Ils ont une autre culture, une autre vision de l'Afrique » . Selon lui, c'est le public africain qui pourra sauver son cinéma.

Un point de vue minoritaire, mais que semble timidement rejoindre le ministère des Affaires étrangères français. « Nous allons revoir notre mécanisme de soutien aux salles africaines car notre bilan à ce niveau est plutôt faible », promet Richard Boidin, directeur de l'audiovisuel au ministère. La coopération française souhaite également mieux soutenir les téléfilms pour favoriser « des programmes de proximité qui permettent aux Africains de se voir sur leurs propres écrans » .

Une politique qui fait bondir Claude Gilaizeau et beaucoup de réalisateurs africains. « Le public africain ne suffira jamais à amortir ces films. Il n'y a pas assez de salles en Afrique, et les places sont vendues à moins d'un euro. » Mais il reconnaît qu'il n'y a pas de solution miracle. Entre des salles françaises trop encombrées et un marché africain quasi inexistant, des films d'une grande beauté semblent condamnés, pour l'heure, à n'exister que dans les festivals.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.