Hors champ

Dans « Notre Pain quotidien », Nikolaus Geyrhalter visite un monde soumis à la surproduction.

C'est un film de rangées. Rangées de maïs, de salades. Rangées de poissons, de cochons, découpés dans la longueur, les entrailles à l'air. Rangées de tomates, de piments. Ramassés, triés. Puis rangées de poulets. Pendus. Dépecés. Passés de la vie à la mort en changeant de pièce. Nikolaus Geyrhalter va du dehors au dedans, du champ à l'usine, du jour à la nuit, fixant les rouages d'une vaste chaîne de production qui semble ne jamais vouloir s'arrêter. Pendant deux ans, il a voyagé au centre de l'industrie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.