La Bourse ou le salaire

En quatre semaines de grève, les ouvriers de la chaîne de montage de Citroën à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ont remis au goût du jour une revendication oubliée dans la campagne présidentielle : la hausse des salaires. Le conflit a débuté au lendemain de la victoire des salariés de Magneto, un sous-traitant du site d'Aulnay, qui a lâché une augmentation de salaire de 100 euros nets après cinq jours de grève. L'accord obtenu le même jour chez PSA, prévoyant une augmentation de 26 euros par mois, a…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents