La Chapelle est priée de dégager

À Toulouse, un pôle culturel alternatif est menacé d’expulsion.
Ses occupants défendent l’utilité d’un tel endroit au cœur de la ville.

Les squats sont vus d'un mauvais oeil à Toulouse. Le 4 décembre 2006, Le Clandé, squat politique et libertaire, est expulsé. Le 13 juin 2005, Mix'art Myrys, projet culturel installé illégalement dans l'ancienne préfecture, évacue ses locaux pour s'installer en périphérie . De tous les squats nés dans la ville dans les années 1990, seule La Chapelle est encore sur place. Peut-être plus pour longtemps : menacés par un projet de logements sociaux, ses occupants pourraient être contraints de vider les lieux.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.