Des démocraties à épithètes

La représentation est en crise, paraît-il : fossé social entre le peuple et ses élus ; fossé idéologique aussi, avec le « non » du 29 mai 2005... Mais, soixante ans après le bon mot de Churchill, la démocratie (ou « le pire des systèmes à l'exception de tous les autres » ) semble rester l'horizon indépassable de l'idéal politique. Du coup, (re)fleurissent des propositions visant à associer le peuple aux mécanismes du pouvoir. Traditionnellement, les manuels opposent démocratie représentative et démocratie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents