Frère des sans-terre

Henri Burin des Roziers s’est installé au Brésil en 1978. Depuis, cet avocat et prêtre dominicain défend le droit des paysans en luttant contre l’impunité de la police et des grands propriétaires.

Trente mille euros. C'est le prix qu'offrent des fazendeiros (grands propriétaires) de l'État du Pará au Brésil pour la tête d'Henri Burin des Roziers. Depuis trente ans, cet homme lutte pied à pied, au sein de la Commission pastorale de la terre (la CPT), à l'origine du mouvement des sans-terre brésiliens, contre la violence, les situations d'esclavage, l'arbitraire et l'impunité de la police et des grands propriétaires. « Il faut avoir des compétences agronomiques, pédagogiques, juridiques... Je crois…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.