Le K.-O. de l’ange

Dans le premier film de Magaly Richard-Serrano, ancienne championne de boxe, la compétition tient lieu de condition
sociale et familiale.

Elle s'appelle Angie. Ou Ange. Les yeux d'une fille, les épaules d'un garçon. 49,7 kg. Que des muscles. Tout secs. La mâchoire un peu en avant, surtout avec le protège-dents. Le mot rare mais le regard éloquent. Sandra, c'est sa cousine, sa presque jumelle, sa presque concurrente. Elles ont grandi ensemble, s'entraînent ensemble, dorment ensemble, encore dans la même chambre, à 20 ans. Leurs lits se font face, mais pas elles : elles ne boxent pas dans la même catégorie. Cette différence de 6 kg, cet écart…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents