Beau voyage

Le musée du Quai-Branly présente Tartit, un ensemble touareg formé dans un camp de réfugiés.

L'une des chanteuses de Tartit le dit clairement : si chanter est un plaisir en toutes circonstances, le fait de se produire sur une scène européenne permet de gagner de l'argent qui, au pays, peut-être très utilement employé. La mode des « musiques du monde » multiplie ces transferts, et c'est sans doute un de ses aspects positifs. Mais elle a entraîné une circulation accélérée des musiques qui implique, pour des artistes non professionnels dans leur société d'origine, un passage au spectacle qui ne se…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents