Salaire précaire pour travail précaire

Le revenu de solidarité active fait débat. Initié à gauche par Martin Hirsch et bientôt expérimenté par des élus socialistes, peut-il vraiment combattre la pauvreté ou risque-t-il de nuire aux travailleurs ?

Jean-Baptiste Quiot  • 5 juillet 2007 abonné·es

La justification pour expérimenter le revenu de solidarité active (RSA) est évidente pour le président de l'Agence nationale de solidarité active. « Il répond à une question morale : quelqu'un en difficulté doit-il rester dans l'exclusion ? N'est-il pas préférable qu'il ait un revenu supérieur au seuil de pauvreté et qu'il retrouve une dignité ? » , interroge Benoît Genuini. Imparable. Dès 2006, l'association a été créée par Martin Hirsch, alors président d'Emmaüs-France, pour « tester des dispositifs contre la précarité,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes