En attendant la peine de mort…

Un peu trop vite, nous avons oublié l'un des mots finalement les plus révélateurs de la campagne électorale. Un jour, Nicolas Sarkozy s'était gaussé qu'on puisse interroger des candidats à la Fonction publique sur la Princesse de Clèves . « Vous vous voyez parler à votre guichetier de la Princesse de Clèves ? » , avait-il lourdement ironisé. On en déduisit que le futur président n'aimait guère la littérature. Il faut en conclure aujourd'hui qu'il aime encore moins la Fonction publique. Il rêve d'un monde…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.