Toute-puissance et impuissance du cinéma

Les États généraux du documentaire ont été l’occasion de réfléchir
au pouvoir du montage et des images, via les approches antinomiques de Michael Moore et du réalisateur israélien Ram Loevy.

À Lussas, en Ardèche, comme ailleurs cette année, le festivalier a les pieds dans l'eau. Le lundi 20 août au matin, à l'ouverture de la 19e édition des États généraux du film documentaire, outre l'humeur morose, l'inquiétude parcourt l'assistance à l'issue de la présentation, jugée trop partisane, du déroulé de l'atelier sur le montage, intitulé «~Coupez~!~». Sera-t-il à la hauteur du traditionnel et roboratif séminaire de réflexion sur le cinéma, proposé aux cinéphiles avides de se cultiver ? La durée…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Des écrans de fumée ?

Pédopsy : Nos futurs
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents