Les collectifs à la peine

À deux mois de leurs Assises, les collectifs ont réuni, le week-end dernier, une coordination pour amender leur projet politique et préciser leur mode de fonctionnement.

La « dynamique unitaire » bouge encore. Du moins ceux qui prétendent l'incarner. Car, n'en déplaise au reste de la gauche de la gauche, qui s'est empressée d'enterrer le mouvement des collectifs unitaires après sa défaite aux élections présidentielle et législatives, les collectifs locaux n'entendent pas disparaître du paysage politique. Une petite centaine de délégués mandatés ­ ils étaient environ trois cents en juin ­ ont participé, les 22 et 23 septembre, à l'université de Saint-Denis, à une réunion de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Cinéma à l’Élysée

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Le blanchiment de Le Pen

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents