Dans la tourmente

Avec « On n’est pas là pour disparaître », Olivia Rosenthal signe un grand livre de littérature sur la maladie d’Alzheimer. Loin des clichés, une approche de la maladie qui conduit à l’introspection et au vertige .

« Je défie quiconque d'avoir envie d'écrire sur la maladie de A. » « La maladie de A. » , c'est la maladie d'Alzheimer telle que la désigne Olivia Rosenthal dans On n'est pas là pour disparaître . À la source de ce livre, non pas, donc, une « envie » mais une superstition: ce qui est écrit en fiction ne pourra advenir dans la réalité, à moins que ce soit le contraire. Plus profondément, l'intuition que «la maladie de A.» touche à un point sensible du langage, une sorte d'indicible, parce que l'expression…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents