Les mots pour le pire

Le sociologue Alain Bihr publie « la Novlangue néolibérale », décryptage salutaire du discours médiatique et politique dominant.

La «~novlangue~» du titre fait évidemment allusion au 1984 de George Orwell. Alain Bihr voit en effet d'étroites correspondances entre le discours néolibéral et celui de la société totalitaire imaginée par l'écrivain. La première figure est l'inversion de sens : dans le monde de 1984 , un slogan affirme par exemple que « la liberté, c'est l'esclavage ! » ; dans le nôtre, on pourrait lui trouver comme équivalent : « La réforme, c'est la contre-réforme ! » La seconde figure est l'oblitération de sens, qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.