Un problème de fonds

La Loi Pécresse sur l’autonomie des universités consacre le mariage entre l’enseignement supérieur public et la logique marchande. Désormais, les universités devront composer avec les entreprises privées. Mais à quel prix ?

Adoptée en plein mois d'août, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), dite « loi Pécresse », continue d'occuper le devant de la scène. Parce qu'elle entend pousser les établissements à développer leurs ressources propres, la réforme inquiète les défenseurs d'un service public de l'enseignement supérieur et de la recherche. Notamment sur un point essentiel : la possibilité pour les universités de créer des fondations qui pourront accueillir les fonds d'entreprises, de mécènes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Des écrans de fumée ?

Pédopsy : Nos futurs
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents