Mémoires de nos pères

Dans « Algérie, Histoires à ne pas dire », Jean-Pierre Lledo boucle
sa trilogie documentaire sur l’histoire coloniale algéro-française
en pistant les non-dits qui entachent le combat pour l’indépendance.

Ils sont sur les hauteurs d'Oran. Une quinzaine, face à la baie. Ils ont dans les 70~ans. Quand ils étaient jeunes, ils sortaient danser ensemble. Le meilleur d'entre eux, c'était Tchichi. Cet Algérien qui dit aujourd'hui n'avoir rien «~vu de ses yeux~» le 5juillet 1962, jour de l'Indépendance, où certains sont sortis crier leur joie tandis que d'autres, des «~gour~» (non-musulmans) se faisaient massacrer. Sur les photos d'époque que montrait Thichi peu avant, on ne distingue pas les Algériens des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents