Mémoires de nos pères

Dans « Algérie, Histoires à ne pas dire », Jean-Pierre Lledo boucle
sa trilogie documentaire sur l’histoire coloniale algéro-française
en pistant les non-dits qui entachent le combat pour l’indépendance.

Ingrid Merckx  • 21 février 2008 abonné·es

Ils sont sur les hauteurs d'Oran. Une quinzaine, face à la baie. Ils ont dans les 70~ans. Quand ils étaient jeunes, ils sortaient danser ensemble. Le meilleur d'entre eux, c'était Tchichi. Cet Algérien qui dit aujourd'hui n'avoir rien «~vu de ses yeux~» le 5juillet 1962, jour de l'Indépendance, où certains sont sortis crier leur joie tandis que d'autres, des «~gour~» (non-musulmans) se faisaient massacrer. Sur les photos d'époque que montrait Thichi peu avant, on ne distingue pas les Algériens des Espagnols et des Français. Ils se ressemblaient tous. Ils se ressemblent encore. Difficile de préciser l'origine de chacun. Sinon oranaise... Soudain, une femme du

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 4 minutes