Toulouse cherche sa gauche

Malgré l’absence d’union chez les antilibéraux, les élections municipales suscitent beaucoup d’espoir chez les militants de gauche, après trente-sept ans de mandats à droite.

Yoran Jolivet  • 28 février 2008 abonné·es

«Un torrent de cailloux roule dans ton accent/Ta violence bouillonne jusque dans tes violettes/On se traite de con à peine qu'on se traite/Il y a de l'orage dans l'air et pourtant... », chantait Claude Nougaro dans son hymne à la ville rose, « ` Toulouse ». Et pourtant... le début de la campagne toulousaine a été plutôt calme entre les deux favoris, avec un climat plus tendu à l'extrême gauche. Le socialiste Pierre Cohen et le maire de droite sortant, Jean-Luc Moudenc, ont avancé jusque-là sans trop se découvrir, dévoilant leur liste au compte-gouttes et distillant chaque information par une pompeuse conférence de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 6 minutes