68 en toutes lettres

L’éditrice Catherine Flohic a demandé à des écrivains ayant vécu Mai 68 de revenir sur l’événement pour tenter d’en discerner les répercussions sur l’univers littéraire. Résultat : un livre collectif passionnant.

L'occupation de l'hôtel Massa, siège de la Société des gens de lettres, le 21 mai 1968. / DR Et la littérature ? Mai 68 ne fut certes pas un événement littéraire – peu d’œuvres l’ont immédiatement pris pour objet, et celles-là sont sans postérité – mais quid de ses répercussions en la matière ? Peut-on imaginer que les écrivains aient traversé Mai 68 sans être nullement touchés dans leur écriture, leur imaginaire, leurs visées esthétiques et/ou politiques ? Alors, quels en sont la marque et l’héritage sur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents