Le Tibet, la démocratie et les droits fondamentaux

Raoul Marc Jennar* se range aux côtés de ceux qui réclament les droits humains
en Chine, au Tibet en particulier, mais s’interroge sur l’hypocrisie des « exigences
à la carte », quand tant d’autres « causes » sont ignorées.

Les réactions suscitées par la révolte des Tibétains offrent un spectacle qui pourrait prêter à bien des sarcasmes s'il ne s'agissait de questions aussi graves. Je suis de ceux qui pensent que le droit à l'insurrection contre l'injustice et l'oppression est un droit fondamental. Il était d'ailleurs inscrit dans la Constitution de la Ire République française. Il a été réduit, dans le droit international, au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. C'est mieux que rien. À partir de ce principe, force est de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents