Les ponts du potomac

Le bonhomme au pull rouge passe les doigts dans sa blanche tignasse. Il regarde d’un air amusé la trentaine de types en costards et cravates réunis, attentifs, autour de lui, dans une salle de conférence en haut d’un building dont les grandes baies vitrées dominent la rivière qui arrose la capitale de l’Empire. Son public : des pontes de la Banque mondiale. Il sait que ce qu’il va leur dire, en réponse à la question posée, va provoquer un silence gêné, quelques rires crispés. Il n’en a cure, il s’en amuse…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents