"Foi sans failles"

La réalisatrice revient sur son expérience de Cannes où l’Acid a soutenu son premier film.

L'Acid accueille des films tels qu'on n'en fait plus… Correction : on en fait encore (je le dis ainsi, car combien de temps encore… ?). Ce lieu, l'Acid à Cannes, ose des choix que les autres sections n'osent plus, ne s'embarrasse pas d'exclusivité, ouvre généreusement ses bras et ses yeux, choisit de regarder plutôt les qualités que les limites d'un film. Lors de la présentation de mon premier long métrage, L'homme qui marche , en mai 2007, je n'ai connu que des joies : celle d'un accueil informel et très…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents