« Ce livre blanc est un faux-semblant »

Jean-Paul Hébert analyse les principaux enjeux de la nouvelle politique de défense française. Pour lui, sa logique repose sur l’accumulation des perspectives de risques et de menaces, développant la peur et l’anxiété.

Manon Besse  et  Maïram Guissé  • 26 juin 2008 abonné·es

Après la présentation du livre blanc par Nicolas Sarkozy, on constate que la politique de défense française s’appuie désormais sur les concepts de «sécurité nationale» et de «résilience». En quoi cela marque-t-il une rupture ?

Jean-Paul Hébert : La nouveauté réside dans l’association des questions de défense et de sécurité. Traditionnellement, il existait une distinction entre défense et action militaire, d’une part, et sécurité intérieure et police, d’autre part. Les méthodes, les buts, les usages ne sont pas

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 5 minutes