« Ce livre blanc est un faux-semblant »

Jean-Paul Hébert analyse les principaux enjeux de la nouvelle politique de défense française. Pour lui, sa logique repose sur l’accumulation des perspectives de risques et de menaces, développant la peur et l’anxiété.

Après la présentation du livre blanc par Nicolas Sarkozy, on constate que la politique de défense française s’appuie désormais sur les concepts de «sécurité nationale» et de «résilience». En quoi cela marque-t-il une rupture ? Jean-Paul Hébert : La nouveauté réside dans l’association des questions de défense et de sécurité. Traditionnellement, il existait une distinction entre défense et action militaire, d’une part, et sécurité intérieure et police, d’autre part. Les méthodes, les buts, les usages ne sont…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.