Ombres sur la Méditerranée

Décidément, Nicolas Sarkozy n’a pas fini d’essuyer des rebuffades avec son Union pour la Méditerranée (UPM) lancée à la va-vite en décembre dernier. Les premiers ennuis, on s’en souvient, étaient venus du «Nord». La chancelière Angela Merkel n’avait pas apprécié une initiative française qui s’était arrogé le droit de choisir parmi les pays européens ceux qui seraient aptes à figurer dans cette nouvelle zone de libre-échange. Sarkozy avait dû se replier en bon ordre : tous les pays membres feraient donc…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.