Le cul du babouin

Bernard Langlois  • 24 décembre 2008 abonné·es

On va donc enterrer 2008 dans la joie et la bonne humeur, comme de coutume ; avec aussi les concerts imbéciles d’avertisseurs dans les beaux quartiers et quelques centaines – voire quelques milliers, on a tendance à minimiser – de feux de voitures dans les moins beaux : c’est jouissif, une bagnole qui crame (pour peu que ce ne soit pas la sienne) et ça vous venge, le temps d’un brasier, d’une vie moche dont on ne voit pas l’issue.

Vous avez aimé 2008 ? Vous allez adorer 2009.

2008 restera dans les mémoires comme l’année où le système capitaliste aura fini par montrer aux yeux de tous ce qu’il avait réussi jusque-là à dissimuler au plus grand nombre : son cul hideux de babouin. En quelques mois de crise généralisée, depuis les premières alertes dans le secteur des prêts immobiliers, éclate toute la perversité, l’immoralité, la saloperie d’une organisation de la planète entièrement vouée à la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Edito Bernard Langlois
Temps de lecture : 10 minutes