L’enfer en vers

Art Spiegelman illustre le poème déjanté de Joseph Moncure March.

« Une dragueuse de première. Mais une conversation de basse-cour. À utiliser de nuit plutôt que de jour. » Voilà pour Mae, guincheuse avinée, invitée parmi ­d’autres de cette Nuit d’enfer . Des tirades pareilles, ciselées et percutantes, Joseph Moncure March en essaime à tire-larigot. Ses vers uppercut, ses images coup-de-poing américain ont marqué les esprits, et non les moindres : Burroughs y a trouvé la vocation ; Spiegelman s’y essaie à l’illustration. À la version de 1968, il a préféré le texte…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents