La malédiction atomique

Avec « Gerboise bleue », Djamel Ouahab consacre son premier documentaire aux conséquences tragiques des essais nucléaires français en Algérie. Par Bertrand Leclair*.

Gerboise bleue porte le nom qui fut donné en février 1960 à la première bombe nucléaire française, dont l’explosion a eu lieu en plein air, à cinquante kilomètres du village et des habitants de Reggane, dans le Sahara algérien (il y eut ensuite Gerboise blanche puis Gerboise rouge : on avait la fibre patriotique dans l’armée du général de Gaulle). Mot français d’origine maghrébine, « gerboise » désigne, non pas une sorte de gerbe, mais « un petit rongeur bien adapté au saut ». Rongés, Gaston Morizot et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents