Le punk et le muet

Dans « Camping sauvage », Les Fils de Teuhpu accompagnent
à la fanfare deux films
de Buster Keaton.

Une scène de Sherlock Junior, de Buster Keaton (1924), le montre bien : le cinéma muet n’a jamais été un art silencieux. Un instrumentiste, si ce n’est un orchestre, accompagnait les séances live. Calant mélopées et tempos sur le déroulé des images. Bon nombre de musiciens ont ainsi débuté dans des salles de projection, dont le violoniste de jazz Stéphane Grappelli. Mais il est vrai qu’il s’agissait alors le plus souvent d’instruments acoustiques, et plutôt à cordes. Comme ce piano dans Sherlock Junior ,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.