Après Hiroshima, quoi d’autre que des poèmes ?

Passés inaperçus à leur publication en novembre dernier, les Poèmes de la bombe atomique, de Tôge Sankichi, font date dans la vie d’un lecteur.

Bertrand Leclair  • 12 mars 2009 abonné·es

Comment lire par-delà l’effroi les Poèmes de la bombe atomique écrits de 1947 à 1951 par Tôge Sankichi, qui fit partie des dizaines de milliers d’irradiés d’Hiroshima, et devait y mourir des conséquences de l’explosion en 1953, à 36 ans ? La première réponse est simple : il faut les lire toutes affaires cessantes, et le reste suivra. Toutes affaires cessantes : ces mêmes affaires qui cesseront de fait et qui, à Hiroshima, le 6 août 1945, ont cessé en un éclair à l’échelle d’une ville

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 5 minutes