Voix patronale

Quand Livres hebdo s’intéresse aux grèves dans les DOM (n° 767 du 6 mars), cela donne : « Les Antilles privées de livres ». Le chapô de l’article est de la même eau : « Des approvisionnements suspendus, une librairie incendiée, de nombreuses autres fermées alors que celles qui restent ouvertes sont vides… Telles sont, pour le monde du livre, les premières conséquences de la grève en Guadeloupe et en Martinique. » Bref, le mouvement social ruine l’économie. Air connu…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.