Le chiffon rouge de la croissance verte

L’un des personnages les plus en vue du parc Sarkoland, Nicolas Baverez, a trouvé une formule désopilante : « L’EPR et la voiture électrique sont les deux mamelles du développement durable. » Son maître à penser, un autre Nicolas, avait déclaré quant à lui, dans l’une de ses saillies politiques majeures, que « la voiture, symbole de la croissance d’hier, sera le vecteur de la croissance de demain » . Quant à Jean-Louis Borloo, plutôt discret par ces temps de relance anti-Grenelle, il a quand même estimé le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents