Cuba-Dakar

Deux disques reviennent sur les emprunts sénégalais à la musique cubaine.

Au Sénégal, dès les années 1950, se forment en ville des groupes de musique moderne. Ils doivent faire danser une population qui entend affirmer son appartenance à la modernité sans rien renier de son africanité. Les musiciens qui les composent s’inspirent de musiques cubaines et réinventent à leur manière rumba, són et cha-cha. Ce mouvement se poursuivra jusque dans les années 1970. Cuba offrait une modernité indéniable mais non blanche, non coloniale, à l’intérieur de laquelle il était possible…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents