Dossier : Inégaux face à la grippe

Grandeur et décadence du Quai d’Orsay

La politique étrangère de la France s’inscrit de plus en plus dans le sillage américain. Devant les ambassadeurs réunis à l’Élysée, Sarkozy a de nouveau justifié son allégeance à l’Otan. La réforme des Affaires étrangères opère des coupes sans précédent dans les budgets culturels.

Depuis dix-sept ans, la traditionnelle conférence des ambassadeurs sonne la fin des vacances politiques. Elle donne l’occasion au président de la République d’affirmer sa « vision du monde » et de fixer les priorités de la diplomatie française. Mercredi dernier, Nicolas Sarkozy n’a pas dérogé à la règle. Il avait commandé à sa fidèle plume Henri Guaino – qui, comme lui, ne porte pas les diplomates dans son cœur – un discours « offensif et de gauche ». Après avoir souhaité la bienvenue aux ­membres du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.